telechargement, Autoformation

Articles of this page


Autoformation

Autoformation

Added 28/7/2010

 

 

Autoformation

Définition courante

L’autoformation, c’est se former soi-même, chez soi, dans un système éducatif, ou dans des groupes sociaux, ou autres. L’individu est le principal responsable des paramètres de la formation . Il gère au maximum les espaces, les ressources et les temps de sa formation. Il négocie son projet de formation et sa validation avec différentes institutions.

 Définition savante :

Le GRAF (Groupe de recherche sur l’autoformation en France) a donné une définition approchante : « la formation de soi par soi ». L’autoformation est abordée aujourd’hui selon les cinq différentes approches et dimensions de la notion, formant la « galaxie de l’autoformation » de P. Carré, 1996

  • L’autoformation intégrale : apprentissage en dehors de tout rapport avec les institutions et agents éducatifs formels (autodidaxie).
  • L’autoformation existentielle (apprendre à être) : définissant la démarche « d’appropriation par le vivant de son pouvoir de formation », ce courant vise l’émancipation du sujet par des rétroactions sur sa vie et une prise de conscience des influences des autres et des choses sur la formation de soi (histoire de vie - blasons – poïétique – ateliers de praxéologie, autobiographie – pédagogie du projet- interculturalité).
  • L’autoformation éducative : ce courant recouvre l’ensemble des pratiques pédagogiques et dispositifs de formation visant explicitement à développer et faciliter les apprentissages autonomes dans le cadre d’institutions spécifiquement éducatives (Atelier de Pédagogie Personnalisée, centre de ressources, individualisation, Formation Ouverte et A Distance).
  • L’autoformation sociale (apprendre dans et par le groupe social) : toutes formes d’apprentissage réalisées par les sujets eux-mêmes à l’extérieur du champ éducatif, par la participation à des groupes sociaux (Réseau d’échanges réciproque de savoir, organisation apprenante, formation expérientielle, auto éducation permanente, éducation informelle).
  • L’autoformation cognitive (apprendre à apprendre) : conception de l’acte d’apprendre envisagé sous l’angle des mécanismes psychologiques en jeu (auto direction des apprentissages – métacognition – remédiation cognitive).

Dans le cadre de l’autoformation éducative, les sept piliers de l’autoformation [1] proposés par Mr Philippe CARRE dans son article "Le pari de l’autoformation " fondent la démarche pédagogique de l’Atelier de Pédagogie Personnalisée ; ils sont en cohérence avec les points clés issus des études, recherches et pratiques Afpa sur l’individualisation :

  •  
    • 1. le projet individuel comme fondation majeure de l’entrée en autoformation
    • 2. le contrat pédagogique comme cœur de la négociation
    • 3. la préformation propédeutique (phase préparatoire) de l’autoformation
    • 4. des formateurs-facilitateurs
    • 5. un environnement ouvert de formation
    • 6. l’alternance individuel-collectif comme rythme de la formation
    • 7. trois niveaux de suivi : individu, groupe, institution.

 Définition « institutionnelle », l’exemple de l’Afpa :

L’Afpa a, par le passé, fait le choix d’une orientation multiple de l’autoformation :

  • Vers l’autoformation existentielle (avec le travail du groupe SERA de la DF, de 1980 à 1991, sur l’autoformation en lien avec l’Université de Tours -Gaston Pineau), avec les productions suivantes : « Autobiographie-projet et formation professionnelle d’adultes » document DF/SERA en 1988 ; « Le projet : nébuleuse ou galaxie ? » Bernadette Courtois et Marie-Christine Josso, Ch. (dir.) Neuchâtel et Paris, Delachaux et Niestlé, 1997 ; « la formation expérientielle des adultes »
  • Vers l’autoformation éducative : module d’élaboration d’outils d’autoformation (1985) et modèle d’élaboration de guide d’apprentissage (depuis 1995)
  • Et plus récemment vers l’autoformation cognitive et sociale par la mise en œuvre de la VAE

L’orientation la plus ancienne est celle de l’autoformation existentielle [2] :

S’autoformer, c’est se former soi-même.C’est se donner sa propre "forme" ; construire son identité aussi bien professionnelle qu’humaine : acquérir ou développer son autonomie.

" S’autoformer ce n’est donc pas se former seul. C’est par la rencontre avec le monde physique et les autres, individus, groupes, entités sociales que l’on se définit soi-même. C’est l’Autre qui fait prendre conscience de ce que l’on est.

C’est essentiellement des rencontres qui nous révèlent à nous-mêmes.

Il résulte de cette définition quatre caractéristiques :

  • 1. L’expérience y joue un rôle central. L’expérience est centrale dans les deux sens du terme :

D’abord parce que l’adulte se forme essentiellement par l’expérience : ne serait-ce que parce qu’il est, pour la majorité de son temps en situation de production et situation de vie, et non "en stage" ;

Ensuite parce que l’expérience est précédée par le projet qui oriente vers certaines expériences et non d’autres, et donne aux expériences leur finalité ; et elle est suivie par la réflexion qui seule permet de donner sens à l’expérience vécue.

  • 2. Or l’expérience concerne l’ensemble de la personne. L’autoformation prend donc en compte les différents aspects de la personne : cognitifs, affectifs, axiologiques (les valeurs). Elle est multidimensionnelle.
  • 3. L’orientation fait partie intégrante de la personne. S’autoformer c’est construire sa propre forme : c’est donc en particulier s’autodiriger. L’autoformation suppose, de la part de celui qui se forme une recherche de ses motivations profondes.
  • 4. L’expérience doit être interprétée. Cette interprétation ne peut s’effectuer que dans la confrontation avec les autres. C’est dire que celui qui vit des expériences doit prendre du recul par rapport à celles-ci.

L’autoformation est donc une formation expérientielle, multidimensionnelle, autodirigée, critique. » (Guy Bonvalot)"

Ressources pédagogiques, bibliographie et liens :

  • « Le projet : nébuleuse ou galaxie ? » Bernadette Courtois et Marie-Christine Josso, Ch. (dir.) Neuchâtel et Paris, Delachaux et Niestlé, 1997
  • « La formation expérientielle des adultes » Collectif, B.Courtois et G. Pineau (dir.), La Documentation Française , Collection : Recherche En Formation Continue, 1991
  • " S’autoformer par l’expérience ", COURTOIS, B. in Actes du Colloque de Montréal 1997 : L’autoformation : présent et devenir.
  • "Recherches sur l’autoformation existentielle : des boucles étranges entre auto et exo références",PINEAU G.1995, dans Éducation Permanente, N° 122, 1995-1 p 165-178.
  • " Les mythes de l’autoformation ", CARRÉ Philippe, p. 22, in Faut-il avoir peur de l’autoformation ? Cahiers Pédagogiques n°370, 1999
  • « L’autoformation, psychopédagogie, ingénierie, sociologie »,Carré Philippe, Moisan André et Poisson Daniel, 1997, Paris : PUF (Pédagogie d’aujourd’hui).
  • Association du groupe de recherche sur l’autoformation : http://www.a-graf.org/
  • La galaxie de l’autoformation : http://www.fc.univ-nantes.fr/PAGES/...

 

Category : Not specified | Comments (0) | Write a comment |


| Contact author |